• If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

  • Stop wasting time looking for files and revisions. Connect your Gmail, DriveDropbox, and Slack accounts and in less than 2 minutes, Dokkio will automatically organize all your file attachments. Learn more and claim your free account.

View
 

Approches pédagogiques

Page history last edited by Susan Loubet 12 years, 1 month ago

ESIEArques en séjour académique à l'étranger, je vous salue!

 

Nous allons prendre cet espace pour parler des différences entre les approches pédagogiques France et hors France. Je baserai mes observations

  • en partie sur mes propres expériences, étant donné que je suis profondément biculturelle (franco-américaine, je possède les deux passeports) et que j'ai une longue expérience dans l'enseignement supérieur des deux côtés de l'Atlantique (enseignante de français dans des facultés américaines pendant 10 ans avant de rejoindre l'équipe à ESIEA),
  • mais surtout sur les témoignages de nos étudiants pendant et après leur séjour académique à l'étranger.

 

Ceci dit, je ne prétends absolument pas être omnisciente. Si vous avez des interprétations qui dffèrent des miennes, ou d'autres expériences qui contredisent ce qui est dit ici, tant mieux! Je souhaite vivement que ces pages deviennent un espace de débat et de réfléxion approfondie sur les questions interculturelles. A mon sens, cette réflexion est la vraie raison d'être de la mission à l'étranger.

 

Mise en garde:

 

Les remarques qui suivent ne comportent pas de jugement de valeur. Nous parlerons des différences entre plusieurs systèmes, mais il n'est pas du tout question de la supériorité de l'un ou de l'autre. On reste au niveau du constat; on reste au niveau factuel.

 

Approche pédagogique typiquement française:

 

Au fil du semestre, l'enseignant présente un certain nombre de notions qu'il vous aide à acquérir en vous montrant des exemples, en faisant des exercices en classe et en vous donnant des exercices à faire à la maison. Le temps du cours est consacré à la présentation et à l'acquisition des connaissances/compétences. Parce qu'il faut du temps pour acquérir et mettre en pratique des compétences, le nombre d'heures passées en cours est relativement conséquent. L'évaluation de fin de semestre vient valider l'acquisition, et la capacité d'exploitation, des notions abordées en cours. Le projet de fin de semestre peut servir aussi à valider l'acquisition de ces connaissances /compétences.

 

Pendant le semestre, l'enseignant vous remettra parfois une bibliographie. Vous ne serez pas nombreux à aller au CDI consulter les ouvrages listés dans cette bibliographie. Cette non consultation des ouvrages n'aura pas d'incidence négative sur votre résultat en fin de semestre.

 

Voici les principes qui informent cette organisation:

  • Un ingénieur doit posséder certaines connaissances / compétences.
  • Ceci est une école d'ingénieur.
  • Le rôle de l'enseignant est d'assurer que l'étudiant assimile les notions voulues et qu'il arrive à les exploiter pour réaliser certaines tâches.
  • Après la présentation des notions et des exercices de mise en pratique, l'enseignant donnera un projet à réaliser qui permettra de renforcer et d'approfondir les notions normalement déjà acquises.

 

 Approche pédagogique rencontrée au Royaume-Uni, en Finlande et aux Etats-Unis: (ESIEArques au Québec, votre expérience cadre-t-elle avec ce qui suit?)

 

 A la première séance du module, l'enseignant expliquera les objectifs que vous aurez à atteindre pendant le semestre. Il se peut qu'il vous remette le cahier des charges d'un projet et une bibliographie. Pour pouvoir réaliser le projet et ainsi valider le module, vous serez amené(e) à acquérir un certain nombre de notions, mais l'enseignant ne présentera pas nécessairement ces notions de manière structurée et progressive en cours. Effectivement, vous aurez peu d'heures de contact avec lui sur le planning.

 

Dans ce schéma-là, l'étudiant français croit que l'approche pédagogique est très "cool" et que lui, il n'a rien à faire. Il n'aura qu'à donner un coup de collier en fin de semestre pour faire ses projets et ça sera bon. De plus, il aura souvent le droit de tutoyer son professeur et de l'appeler par son prénom, ce qui renforce l'impression que le prof est "cool." Alors, là, méfiance! Parce qu'en fin de semestre, vous serez toujours tenu à montrer un résultat.

 

La pierre d'achoppement réside dans le fait que les notions nécessaires à la réalisation du projet ne sont pas présentées en cours. Comment les acquérir? Par un travail personnel qui implique souvent la lecture des ouvrages listés sur la bibliographie. Parfois ces ouvrages sont accessibles à partir d'un portail intranet, mais vous pouvez être quasiment certain que tous se trouveront à la bibliothèque (ou CDI) de votre établissement d'accueil. Dans beaucoup de bibliothèques, les enseignants créent ce qu'on appelle en anglais "reserved reading". Ce sont les ouvrages de base qui vous présenteront les notions nécessaires à la réalisation de votre projet. Ces ouvrages seront regroupés à la bibliothèque dans une salle dédiée qui s'appelle "reserve room." Les modalités d'emprunt pour ces ouvrages seront plus ou moins restrictives. 

 

Voici les principes qui informent cette organisation:

  • L'étudiant a un projet à faire.
  • Il n'a pas les connaissances/compétences requises pour mener à bien le projet.
  • Il acquiert, lui-même et par un travail personnel, les compétences et connaissances nécessaires pour la réalisation du projet. Ceci relève de sa responsabilité personnelle.
  • Il réalise le projet.
  • En cas de question ou de problème, le professeur reste à sa disposition pour l'aider.
  • Le professeur aura des heures de permanence clairement affichées. Il sera heureux de vous accueillir dans son bureau pour parler de votre projet, mais il s'attendra à ce que vous ayez déjà dégrossi le travail.

 

Souvent, les modules de Masters ou de doctorat dans les universités anglo-saxonnes ne se réunissent qu'une fois par semaine pour des séances de 2 ou 3 heures, mais la charge de travail personnel pour pouvoir suivre ce qui se passe en cours prend parfois des proportions impressionnantes.

 

 

 

 

 

Comments (1)

Régis Barrabé said

at 6:50 pm on Sep 3, 2008

Pour répondre à votre question concernant les cours au Québec, il y a des points que j'ai trouvé différent par rapport à ce qui est énoncé au-dessus. Pour réaliser les projets, les notions utiles se trouvaient dans le cours du professeur mais nous avions aussi un livre référence dans certains cours mais ceux-ci ne se sont pas avérés indispensables. Par contre il est vrai que nous avions peu d'heure de cours par rapport à la France et que dans la deuxième moitié du semestre, le travail personnel prend une place importante.

You don't have permission to comment on this page.